Avant l'été, j'ai pris le temps de rassembler tous les livres que j'avais chez moi et que je n'avais pas encore lu, l'année a été très chargée. Ils ont suivi mon périple estival à travers le nord de la France.

Vers la fin des vacances, j'ai commencé "La nuit de l'oracle", de Paul Auster, que j'ai reçu en cadeau l'année dernière, pour mon anniversaire (pour mes 25 ans), j'adore qu'on m'offre des livres pour mon anniversaire.

C'est l'histoire d'un écrivain qui vit à New York. (mais où va t il chercher tout ça? nb : Paul Auster, écrivain, est New Yorkais) et qui, après une longue maladie, reprend des forces et se penche à nouveau vers l'écriture. C'est l'histoire de l'inspiration de l'écrivain, de la création littéraire.

Ce qui est pratique, c'est qu'il y a plusieurs histoires en une. C'est pratique, parce que c'est moins lourd que d'avoir plusieurs livres sur soi, c'est pratique parce que ça fait travailler la mémoire et la gymnastique des neurones, en prévention des maladies neurodégénératives:

- l'histoire du héros principal

- qui écrit un livre qu'on lit en même temps qu'il l'écrit (vous suivez)

- dans le livre écrit par le héros, on raconte également un autre livre qui est le héros en quelque sorte du livre qu'il est en train d'écrire.

Et comme si ça ne suffisait pas, il raconte aussi des anecdotes en notes de bas de pages, qui sont plutôt des apartées, parfois assez longues.

Bon moi j'aime bien ça, en fait, cet effet poupées russes, plusieurs histoires dans l'histoire, même si ça oblige à avoir une lecture suivie du roman, pour ne pas perdre le fil. Et puis j'aime bien l'ambiance du roman, je me rend compte que je lis de plus en plus de romans américains, je trouve qu'ils ont le sens de l'ambiance. (voir Paula Fox par exemple)

 

La nuit de l'oracle, Paul Auster (traduction : Christine Le Boeuf), 2003